April 15, 2018

April 15, 2018

Please reload

Posts Récents

Des oiseaux perchés observent le monde passé.

May 5, 2019

1/1
Please reload

Posts à l'affiche

Palmarès Ghibli (non)officiel

Bonjour. 

Ici votre humble servante, qui vous écris depuis son domicile montréalais, à 22:00 un dimanche soir, en pyjamas sur son futon fleuri, oréos à la main, comme une vraie championne.

 

À cet instant, évitez de remettre en doute la crédibilité de votre rédactrice en chef, car sachez-le, je suis dans le meilleur état d'esprit pour vous communiquer tout l'amour que je porte pour l'anime: paisible et ouvert.

 

Bien honnêtement, j'ai tenté de faire un palmarès de tous les films d'animation. Le truc, c'est que sur cinq films, j'avais envie d'en mettre trois issus du studio Ghibli. Réalisant mon attachement trop profond à l'animation japonaise, ce qui brouille mon jugement, je m'en suis remise à élargir vos horizons si ce n'est déjà fait, pour les amener jusqu'au pays du soleil levant. 

 

Pour ceux qui ignorent de quoi je parle depuis le début:

Du Château dans le ciel (1986) aux Souvenirs de Marnie (2014), le studio Ghibli, c'est 21 films d'animation ayant tous laissé leur marque depuis la fondation en 1985. C'est également une équipe d'artisans exceptionnelle, reconnus par la qualité des images et des histoires qu'elle produit. Finalemement, c'est une série de bandes sonores inoubliables qui donnent des frissons. Le visage le plus connu de l'équipe est sans doute Hayao Miyazaki (1941- ), qui a travaillé comme réalisateur et scénariste sur la très vaste majorité des productions, jusqu'à sa retraite en 2013. 

 

 

 

C'est assez le niaisage, go pour le top 5:

 

5. Le tombeau des lucioles ( Takahata, 1988)

 

Pour certains, cette oeuvre, inspirée de la nouvelle du même nom écrite en 1967, aurait pu se retrouver bien plus près du numéro 1 qu'elle ne l'est actuellement. La beauté de l'animation (une des forces du studio!), de pair avec le récit rend un film poignant et mémorable. Sans vouloir voler le punch, cette histoire tragique d'un frère et de sa jeune sœur dans le Japon de la seconde guerre mondiale (t'sais!) est assez pour vous faire rouler en p'tite boule dans le coin d'une pièce un samedi après-midi pluvieux. Je recommande, si ce n'est que pour le voyage au Japon traditionnel, ancré plus profondément dans le réel que la réalité elle-même. 

 

4. Le château ambulant (Miyazaki, 2004)

 L'image n'en dit pas assez? Inspiré du roman anglais du même nom, ce film s'inscrivant dans la grande fantaisie Ghibli  allie sorcellerie et paysages époustouflants pour offrir un voyage vertigineux à bord du Château ambulant de Hauru, un sorcier égocentrique et narcissique. Le film se retrouve en quatrième position des meilleurs films Ghiblis selon moi, car il m'a permis de rencontrer de sublimes personnages complexes à travers une histoire magique qui fait réellement réfléchir sur nos priorités dans la vie.

 

3. Princesse Mononoké (Miyazaki, 1997)

 Quel personnage féminin fort qu'est la princesse Mononoké! La princesse des loups, élevées parmi les créatures magiques de la forêt, telle une Mowgli guerrière, est le visage symbolique de la lutte pour l'environnement. Après avoir été envoûtée par la force des images de forêts luxuriantes et de courses à dos de loup géant, je me suis penchée sur le fond écologiste et féministe du film.  Cela m'a fait réfléchir sur ma relation avec la planète, ainsi qu'avec toutes les populations humaines et animales qui y vivent. L'important n'est pas que de constater, il faut aussi agir!

Et j'ai envie de me déguiser en Mononoké à l'halloween. 

 

2. Le conte de la princesse Kaguya (Takahata, 2013)

 Celui-ci est un coup de cœur, car il est différent. L'animation brute, qui met en valeur les coups de crayons, est joliment teintée d'aquarelle pastelle et remet complètement en question le genre très "fini" du studio. Certains personnages sont dessinés à la manière des personnages d'anciennes peintures japonaises. La forme se lie alors au fond, l'histoire étant basée sur l'ancienne légende japonaise du coupeur de bambou. Récit d'une jeune fille n'étant à sa place ni sur la terre, ni sur la lune, Le conte de la princesse Kaguya  est un film sensible et tout simplement beau. Takahata, au sommet de son art. 

 

1. Le voyage de Chihiro (Miyazaki, 2001)

 Bon. Nous y voilà. Le numéro 1. Je ne me tarie d'éloges pour ce chef d'oeuvre, et je pourrais en parler longtemps, mais je vais me retenir. Sorti en 2001, ce n'est pas pour rien qu'il est resté le film ayant eu le plus de succès au Japon de tous les temps, devant les blockbusters américains tels que Titanic ou Frozen.  Une des raisons pour laquelle je m'identifie à Ghibli et aux films de Miyazaki est la mise en scène de personnages féminins forts et indépendants, héroïnes non-stéréotypées et tout à fait inspirantes. La petite Chihiro, 10 ans, est cette philosophie à elle seule. Le voyage qu'elle entreprend dans le monde des esprits par amour pour ses parents, ainsi que les personnages et défis qu'elle rencontre sont tous des métaphores de notre monde et des travers de l'être humain. Haku, le sans-visage, l'esprit putride... Miyazaki ne nous pousse pas une morale au travers de la gorge, mais nous ouvre les yeux, tout simplement. Je ne veux pas trop en révéler, je ne ferai que me contenter de dire: écoutez-le. Tout simplement. C'est beau, c'est inspirant, et c'est le genre de film qu'on rencontre rarement dans sa vie. Un must

 

 

En conclusion (et je serai brève)

Ces films, ainsi que tous les autres du même studio, sont à ajouter à votre liste d'écoute si vous désirez être transportés par de l'animation de qualité et des personnages entiers.  C'est l'art de l'anime, dans sa forme la plus pure. 

 

Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Rechercher par Tags