April 15, 2018

April 15, 2018

Please reload

Posts Récents

Des oiseaux perchés observent le monde passé.

May 5, 2019

1/1
Please reload

Posts à l'affiche

Le scénariste

Un film, ça commence avec une idée ; un punch, un personnage, un environnement, une attitude, une odeur, une situation, une image. Après ça, le délire commence. Tu te mets à développer

un univers et y faire jouer tes marionnettes.

 

La priorité du scénario c’est de mettre en évidence ton histoire et tes personnages. Parce que même si t’as les plus belles images du monde ou le son le plus finement traité, si ton histoire est plate et tes personnages fades, eh bien ton public va s’emmerder solide.

 

Voici quelques astuces pour que ton histoire ait du corps :

 

Primo – La trame narrative
Admettons que tu as déjà tout ton scénario en tête ou sur papier, tu dois te demander ceci : C’est quoi la situation initiale, c’est quoi la quête et c’est quoi le choc. Il n’y a pas de film sans aventure, sans obstacle, sans la perte de la situation initiale. Pour ça, ta trame doit être convaincante. Les épreuves affrontées sont crédibles pour le personnage, et pas seulement placées dans l’histoire parce que « ça va être badass à l’écran ». Peu importe si c’est chronologique ou pas, tu veux quand même que ta quête soit pertinente, que le personnage sente l’urgence d’y réagir, que les antagonistes soient convaincants et leur quête tout aussi puissante que celle du héro. Le conflit et la confrontation doit surgir de la nécessité des deux camps et ton rôle c’est de nous faire parcourir le chemin… pas nous faire tout avaler sans qu’on se questionne.

 

Deuzio – Personnages avec de la profondeur
Tu peux me présenter Gilles et Carole qui se promènent main dans la main, bien amoureux, jusqu’à ce qu’il y ait une chicane et une séparation. Oui, tu viens de me montrer une scène pleine d’émotions, mais moi… je m’en fous. Je ne les connais pas, ces deux-là. Pour que ton public connecte avec tes protagonistes, tu leur dois une histoire, une fiche signalétique. Prends le temps d’écrire une demie page d’histoire pour chacun de tes personnages : ce qu’ils aiment, ce qu’ils détestent, ce qu’ils font comme travail, ce qu’ils ont vécu quand ils étaient petits, etc. Même s’il y a des informations qui ne serviront pas au film, ça aide à choisir un vocabulaire. Il arrive très souvent qu’on ajoute des lignes de dialogues plus crédibles, puisqu’on les assoit sur des personnages qui ont vécu plus que ce qui est porté à l’écran.

 

Tercio – Écris, réécris, réécris et réécris.
Même si tu es bien fier de ta première version, relis-toi et modifies, joues avec ton texte. Le premier jet, c’est un os. Le deuxième, tu y mets de la viande. La troisième, tu y ajoutes du gras. Enfin, tu y ajoutes de la peau. Ton histoire ne sera jamais parfaite, mais tu peux la peaufiner, développer un peu mieux les situations, mieux introduire un contexte, ajouter des lignes de dialogue qui enrichissent les échanges et en disent plus sur les personnages. La paresse serait d’écrire une seule version et la tourner.


Rappelez-vous qu’un scénario, c’est d’abord et avant tout une histoire. Ça deviendra un film quand le réalisateur va le tourner. Ne pensez pas tout de suite aux images ou aux types de plan. Explorez la vie de vos personnages, laissez-les s’exprimer plutôt que de forcer les mots dans leur bouche.

 

Je finis ça en t’invitant à poser des questions, à faire lire tes textes et à te donner des défis d’écriture régulièrement. Une plume, ça se travaille!
 

Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Rechercher par Tags