April 15, 2018

April 15, 2018

Please reload

Posts Récents

Des oiseaux perchés observent le monde passé.

May 5, 2019

1/1
Please reload

Posts à l'affiche

Retour sur la soirée estrienne du FCMS

April 6, 2017

Un ami m'a demandé de partager mes réflexions sur la soirée Estrienne dans le cadre du festival du cinéma du monde de Sherbrooke qui a lieu du 4 au 9 avril.

 

Alors, oufff ! Par où commencer ?

 

Faut dire que j'ai débuté la soirée le coeur un peu déchiré à voir la programmation qui donne le goût d'être partout à la fois. Quoique j'ai été bien tentée d'aller voir le film espagnol TAKE ME FOR A RIDE de Micaela Rueda, je ne pouvais pas passer à côté de l'opportunité de découvrir le talent que nous avons en Estrie. La soirée a débuté par des courts métrages expérimentaux ! Le genre de film qui nous sort de notre zone de confort hollywoodien et qui nous ouvre l'esprit à de nouvelles approches & perspectives. Une mention spéciale pour la sélection de Kino Estrie et celle de BUFF. Sans oublier qu'on a aussi eu droit à quelques courts métrages de la course des régions.

 

Tout au long de la soirée j'ai été agréablement surprise de ce que j'ai vu et entendu. J'ai été particulièrement touchée par le court métrage LUNDI de Jean-Benoit Baron qui a su transformer le slam d'Is Maelle en son et image d'autant plus poétique. Il y'a le documentaire NATURE HUMAINE de Mathieu Drouin sur les jeunes du Tremplin qui m'a grandement interpellée aussi. Disons que ça m'a replongée 5 ans dans le passé quand moi aussi  je suis allée frapper à la porte du tremplin pour avoir accès à leurs services. Bref, je suis certaine que nous étions plusieurs à pouvoir nous identifier aux jeunes adultes et aux intervenants sociaux. Un documentaire touchant qui nous amène à oublier nos différences et qui nous rappelle que nous sommes tous humains. We are all one, together on this beautiful journey qu'est la vie et la quête de soi. Mais en effet, It’s not always easy, d’où l'importance d'avoir des documentaires comme celui de Mathieu qui nous rappelle la beauté de l'être humain.

 

Et finalement, que dire du film 24H de Marie-Lou Béland? Faut dire que je n’ai  pas vraiment un regard neutre sur ce court métrage-ci compte tenu du sujet et du message qu'il porte. Mais j´ose présumer que tous les gens présents dans la salle se sont laissés transporter par l'histoire poignante que Marie-Lou nous raconte avec brio de manière très simpliste et réaliste à la fois. L'humour et le professionnalisme étaient aussi au rendez-vous. Une soirée remplie en émotions. Par moment des rires. Par moment des pleurs. Parfois des sujets lourds. D'autres doux et enveloppants. En fait, c'est ce qui fait, selon moi, la beauté du cinéma et de cette soirée Estrienne de court métrage. Merci à tous ces beautiful creative souls et cinéastes Estriens qui ont su d'ailleurs partager avec nous le fruit de leur travail!

 

 

 

Bon festival du cinéma du monde à vous tous et bonne découverte!

 

 

Valérie Whissell

Artiste en art visuel – IT’S OK VIBE

Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Rechercher par Tags